QUDUS ONIKEKU

Qudus Onikeku pic 3« Incroyable de présence » (Les Inrocks), « explosif » (Danser), Qudus Onikeku défie la gravité. Ludique, spirituelle et poétique, sa pratique marie performance et danse, acrobatie et méditation. De la rue à la scène, il joue et se déjoue des clichés pour proposer des regards inattendus et engagés sur la société contemporaine. Diplômé en 2009 de l’Ecole nationale supérieure des arts du cirque, Onikeku se produit tant en solo que sous la direction de grands chorégraphes. Professeur invité à l’Université de Californie, il vit au Nigeria, où il dirige la QDance Company.

“An incredible presence” (Inrocks), “explosive” (Danser), Qudus Onikeku defies gravity. Ludic, spiritual and poetic, his practice weds performance and dance, acrobatics and meditation. From street to stage, he shatters clichés to cast an unexpected and richly nuanced gaze on contemporary society. In 2009, he graduated from France’s National School of Circus Arts. Since them he has been appearing in solo, in his own works, and in those of renowned choreographers the world over. A visiting professor at the University of California, he makes his home in Lagos, where he is the founder and director of the QDance Company.

*     *     *

Pour AFRICA ACTS, Qudus Onikeku propose Africaman Original. « Entre danse, performance, stand-up et cours de danse, ce spectacle montre un danseur très charismatique, à l’aise sur le plateau, parlant aussi bien français qu’anglais, sa langue natale. Qudus Onikeku nous fait voyager dans un univers particulier. Les images vidéo sont des archives de danses d’Afrique, mais aussi du Brésil et des Etats-Unis [afro-américains]. La répétition des images est en elle-même une chorégraphie en parfaite synchronie avec la musique du spectacle. Beaucoup de questions sont soulevées par ce jeune artiste talentueux, notamment le rapport au son et à la musique, mais aussi à l’image vidéo et au danseur lui-même dans ses gestes et mouvements, dans sa corporalité. Il est rare qu’un danseur s’adresse directement au public. Qudus Onikeku n’hésite pourtant pas à le faire. Il va jusqu’à inviter le public à prendre un cours de danse avec lui sur la très belle musique [du roi de l’Afrobeat], Fela Kuti, le fil conducteur de cette performance. On passe un très bon moment avec ce danseur. Soulignons le remarquable travail du vidéaste Isaac Lartey » (Patrick Acogny, chorégraphe).

For AFRICA ACTS, Qudus Onikeku presents Africaman Original. “Part-dance, part-performance, stand up and dance class, this performance highlights the work of a most charismatic dancer, perfectly at ease on the stage and expressing himself fluently in both English and French. Qudus Onikeku takes us on a voyage through a unique universe. Video clips of African dance rub shoulders with film stock of Brazilian and Afro-American performance. Running in loops, these images create a choreography of their own, in perfect synch with the music. Onikeku raises fundamental questions – about our relationship to sound and to music, to video imagery, and to the body of the dancer himself. It is rare to witness a dancer addressing his audience directly. Onikeku does just that. At key points, he invites the public onstage, to take part in a dance class to the rhythms of the king of Afrobeat, the incomparable Fela Kuti. The experience is a great one, richly enhanced by the stunning work of video artist Isaac Lartey” (Patrick Acogny, choreographer).

 


 

Qudus Onikeku pic 4 (c) Qudus Onikeku

Crédits :
© Qudus Onikeku